LES VOILES ET LE CORAN (EN POÉSIE)

LES VOILES ET LE CORAN

(POÉSIE ENGAGÉE)


Des femmes sont mortes pour la cause du voile.

Nous penserons à elles, voyant les étoiles.

Pourtant le Coran ne parle pas de cela.

Il est bon et veut le bien de son peuple, Allah.


Ne restons jamais insensibles à des tueries

Et soutenons la population en furie.

Porter le voile suite à un choix personnel

Exigera notre respect réactionnel.


Demandons la liberté pour les concernées,

Car elles vivent une tempête déchaînée.

Le regard du monde entier sur ces morts atroces

Font parler les poètes de la catastrophe.


Toutes les femmes méritent vénération.

On doit les traiter avec considération.

Noyaux des familles et porteuses des enfants,

Amour et affection en les récompensant.


Pourquoi donc imposer de cacher les cheveux?

Une mèche visible, climat orageux…

Des décès surviennent, des cris et des révoltes.

Aucun sens… Mais agressivité en récolte.


PAIX, SÉRÉNITÉ, LIBERTÉ


Dr H.C. Louise Hudon, poétesse du Canada

Tous droits réservés

22 septembre 2022

Note : nous devons toutefois respecter celles qui VEULENT porter le voile.

LES VOILES ET LE CORAN

Un sujet délicat mais nécessaire à traiter.


« Le port du hidjab trouve sa source dans certaines interprétations du Coran, où il n’est jamais explicitement mentionné, ainsi que des hadiths, mais ne cesse de susciter une polémique dépassant le cadre religieux, depuis le tournant du xxie siècle. Le dévoilement des femmes qui contestent le port du hidjab est appelé al-sufûr ». WIKIPÉDIA


Une jeune femme qui fait le choix personnel de porter le voile doit être respectée. Toutefois, mettre une obligation et tuer par la suite…. S.V.P., un comportement à réviser.


Par l’amour, on peut éviter des guerres et faire d’une société qu’elle vive dans la sérénité. TUER n’est pas un geste d’amour. La femme qui enfante la relève de demain est importante et mérite l’amour.


PAIX ET SÉRÉNITÉ


Dr H.C. Louise Hudon, poétesse du Canada

——————————————–

Extrait du journal LACROIX:

Je réagis pour prolonger l’article du 18 octobre au sujet du port du voile (à lire ci-dessous). Il y a quelques années, Tareq Oubrou, imam de Bordeaux, dans un dialogue avec Christophe Ricou, dans le livre Le Prêtre et l’Imam (Bayard Éditions) disait que, dans le Coran, le voile n’est pas une obligation religieuse. Il est mentionné deux fois : un verset pour dire que les femmes sont invitées à rabattre un voile sur leur poitrine et un autre pour dire qu’elles doivent se protéger quand elles sortent la nuit. Il n’est pas dit qu’elles doivent se couvrir la tête. Dans le même sens, Henda Ayari, dans son livre Plus jamais voilée, plus jamais violée (Éditions de l’Observatoire), confirme que dans le Coran il n’est jamais fait mention du voile, ni de l’obligation de se couvrir de la tête aux pieds. Cette affirmation va dans le sens de la déclaration de l’université Al-Azhar du Caire qui, en 2012, affirmait que le voile est une tradition qui existait avant le Coran et non un devoir religieux. Dans un récent débat télévisé, une imame affirmait : « Dans les 6 300 versets du Coran, aucun ne dit qu’il faut se couvrir les cheveux… Le voile est un marqueur identitaire. »

————————————–

Il est temps de cesser les débats et les tueries. Il est temps de penser à la paix.


C’est la journée internationale de la paix aujourd’hui…

Louise Hudon