TON ABSENCE

DSCN2982

 

 

TON ABSENCE

 

Mon chéri, j’appréhende ton absence.

L’expression de ma vive reconnaissance,

Je te l’offre avec grande sincérité.

Crois-moi, mon mari, tu l’as méritée.

 

Encore quatorze jours sans toi près de moi!

Je compterai les jours avec émoi.

Nous prendrons des vacances à ton retour

Se permettant un voyage, court parcours.

 

Reviens vite à la maison, cher amour.

J’ai hâte! J’apprécie ton sens de l’humour.

Sans toi je me sens perdue dans la vie.

Tu me redonnes espoir et énergie.

 

Nous profiterons de la plus belle saison,

Observant animaux et floraison.

Arc-en-ciel de couleurs autour de nous,

Moi, ton épouse, je te suivrai partout.

 

 

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés

17 juin 2018

Advertisements

REGARDS DE CONNIVENCE

man-person-people-woman-male-love-992925-pxhere.com

 

REGARDS DE CONNIVENCE

 

Être en accord sur certains points

Et tous les autres en sont témoins.

Nos regards, douce évidence,

On parle ici de connivence.

 

Ententes secrètes pour avancer,

Des désaccords, c’est insensé.

Après la pluie vient le beau temps,

Pour qu’un amour dure longtemps.

 

Dans le silence, regarde-moi

Et constate que mes yeux flamboient.

Les étincelles dans mes regards

Sont l’annonce d’un nouveau départ.

 

Nos auras se fondent dans un tout.

Tu sais, chérie, je t’aime beaucoup.

Il faut pardonner nos défauts,

Ménageant ainsi nos cerveaux.

 

Nous vieillirons toujours ensemble.

Ce sera facile, il me semble.

Malgré tous les hauts et les bas,

Nous les gagnerons, ces combats.

 

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés

17 juin 2018

 Image google gratuite.

 

 

 

VISITEURS ATTENDUS

DSCN6221

 

 

VISITEURS ATTENDUS

 

Dans ma solitude, en Abitibi,

Malgré tous mes loisirs et mes hobbys,

Après un hiver trop long et si froid,

Ne pas broyer du noir est un exploit.

 

J’aime beaucoup les visiteurs attendus.

Si contente qu’ils soient chez moi descendus!

Terminés la retraite et l’isolement.

J’apprécie ce présent très facilement.

 

On ne s’énerve pas, on se repose.

J’observe autour de moi et je compose.

Carmen siffle le beau couple d’hirondelles.

Le gros luxe! Il ne manque que les chandelles.

 

Ils sont si sympathiques, ces gens, chez nous!

Pour ces amis, je me prénomme Loulou.

De si bons moments à nous rappeler!

Pourtant notre ami a son franc-parler.

 

Francs, très amicaux et attentionnés,

Comme un petit chat je vais ronronner.

Puis-je me permettre de vous souhaiter

D’aussi beaux instants remplis de gaieté.

 

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés

16 juin 2018