ILS M’ONT REGARDÉE

girl-3421489_1920

 

ILS M’ONT REGARDÉE

 

Hommage à celles et ceux qui connaissent la dépression

 

 

Ils m’ont regardée, malade,

Terminée la rigolade,

Du sérieux, non ridicule

Et la nouvelle qui circule.

 

Pour juger il faut savoir,

Se renseigner sur l’histoire,

Sur les chocs, les traumatismes.

Nous sommes loin du romantisme…

 

Toutes les émotions diverses

Qui m’assaillent et me bouleversent.

La série de sentiments

Causant l’anéantissement…

 

Moi qui cherche à me comprendre,

À éviter les esclandres,

Mon cerveau tourne trop vite,

Je m’isole, je vous évite.

 

Finalement ne jugez point

Et vous vous tromperez moins.

Il faut bien le confirmer

Je suis seule et déprimée.

 

On me dit qu’avec le temps

Et un soleil éclatant

Mon corps va se replacer

Apprendre à se relaxer.

 

Pour notre espoir intérieur

Qui éloigne toutes nos frayeurs

Conservons-le très longtemps

Avec l’esprit combattant.

 

Un grand bonheur retrouvé.

La personne plus motivée

Redécouvre son chemin,

Tout est beau et plus humain.

 

 

  

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés

7 janvier 2019

Image google gratuite.

Advertisements

ENCORE L’HIVER

DSCN6853

 

ENCORE L’HIVER

 

Avec un manque d’électricité

Et de la chaleur sollicitée,

J’entends la tempête gronder dehors

Et, en froid, nous battons un record.

 

La tuyauterie ne tient pas le coup.

Dans notre sous-sol, de l’eau partout.

J’en ai assez de cet hiver long.

Je l’écris assise dans mon salon.

 

Un trop sombre paysage dehors…

Gelés et recherchant le confort

Nous pensons au merveilleux printemps,

Un espoir en nous à cet instant.

 

Une maison en feu chez nos voisins,

Jour néfaste, environnement malsain.

Difficile pour le moral de tous.

Beaucoup de gens vont à la rescousse.

 

D’accepter les épreuves de la vie,

Toujours nécessaire à la survie.

Pensons à tous ceux qui vivent des guerres

Et obligés de quitter leur terre.

 

Si le moment présent semble triste,

Ici, une grande paix sans terroristes.

La sérénité pour nos enfants,

Priorité pour ces innocents.

 

 

 

 

Louise Hudon, poétesse du Canada

Tous droits réservés

6 février 2019

OUVRIR NOTRE COEUR

people-3120717_1920

 

OUVRIR NOTRE CŒUR

 

Ouvrons notre cœur aux enfants.

Pour eux je parle, je les défends.

Soyons à l’écoute, aimons-les.

On voudrait que ce soit parfait.

 

Communication non facile

S’ils ne sont pas toujours dociles.

Trop de discours, là ils s’agitent

Mais leur cerveau apprend si vite.

 

Ils ont besoin d’encadrement,

De discipline, assurément.

On doit leur montrer le chemin.

Très intelligents ces gamins.

 

Mettons l’accent sur le respect,

Sur la politesse et la paix.

Il faut savoir que les ainés

Constatent des choses, sont consternés.

 

Révolution informatique,

Vivent dans une bulle, automatique.

Où est le temps des discussions?

Parfois mauvaises répercussions.

 

Que dire de la télévision!

Violence et sans supervision.

Ce ne sont pas tous les parents

Qui laissent aller en s’égarant…

 

Plusieurs beaux sourires angéliques,

Dans un monde parfois idyllique.

Un espoir pour le lendemain

En pensant que nous sommes humains.

 

Ouvrons notre cœur aux enfants.

Pour eux je parle, je les défends.

Même si la perfection n’est pas,

Ils progressent vite, mamans, papas.

 

Avec le temps et l’expérience

Et des regards de bienveillance,

On voudrait que ce soit parfait

Et que les jeunes soient satisfaits.

 

Dans tous les cas, pensons à eux,

Faire leur bonheur, les rendre heureux.

Premier objectif principal

Produire un climat amical.

 

Il y aura des hauts et des bas…

Une tendance parfois au combat.

Il faut respirer et penser,

Travailler à se surpasser.

 

Un petit rien, notre amour domine

Et dans les yeux tout s’illumine.

Soyons à l’écoute, aimons-les.

On voudrait que ce soit parfait.

 

 

 

Louise Hudon, poétesse du Canada

Tous droits réservés

30 janvier 2019

 Image google gratuite.