UNE MARCHE VERS UN LIEU DE PAIX

A free flying white dove isolated on a black background

 

UNE MARCHE VERS UN LIEU DE PAIX

 

 Une guerre m’a fait fuir mon pays.

Cette destruction m’a bien vieilli

Car mon épouse est décédée

Et me voilà dépossédé.

 

Accueilli au grand Canada

Avec mon enfant dans mes bras

Devant des soldats dévoués

Voilà ma gorge qui est nouée.

 

Il fait tellement froid dans ce lieu !

Un froid intense et insidieux.

Loin de mon monde de chaleur,

Voilà un hiver de douleurs.

 

Heureusement des vêtements très chauds

En remplacement de nos ponchos

Me sont remis gracieusement.

Je dis merci courtoisement.

 

Bien habillés, il faut apprendre.

Autour de nous, il faut comprendre,

S’adapter à leurs habitudes,

Mettre de côté nos inquiétudes.

 

Je sens parfois des regards durs.

Serait-ce à cause de ma coiffure ?

Ma couleur de peau différente

Dans ce pays n’est pas courante.

 

Des tas de gens si sympathiques

Parmi des changements climatiques

M’apportent joies et bonheur

Et tout cela à leur honneur.

 

Du travail je pourrai trouver,

Me nourrir sans être éprouvé.

Mon enfant ira à l’école

Nous ferons aussi des bricoles.

 

Finalement avoir des projets

Concernant différents sujets

M’offrira une seconde jeunesse

Pour remplacer le mot vieillesse.

 

Mon enfant a droit à la vie

A besoin d’avoir des amis

A soif d’amitié et d’amour

Apprécie les rires et l’humour.

 

La colombe a volé vers nous,

Nous a éloignés de la boue.

Le destin ainsi décidé

Vers la paix, j’ai été guidé.

 

 

Louise Hudon, poétesse du Canada

Tous droits réservés

Juin 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SÉRÉNITÉ D’UN COUPLE

coffee-1320947_1920

SÉRÉNITÉ D’UN COUPLE

 

Chéri, ne crie pas après moi ce soir.

Je vais faire chauffer l’eau de la bouilloire.

Prendre un bon café en te reposant

Viendra diminuer ton trouble imposant.

 

Trop de problèmes autour de toi t’affectent

Tu t’exprimes dans un langage très direct.

Ce n’est pas là ta personnalité.

Court moment plein de spontanéité.

 

Je ne peux m’attribuer ta patience

Et je t’admire pour ta grande brillance.

Tes qualités qui sont vraiment nombreuses

Font de moi une femme des plus amoureuses.

 

Prends-moi dans tes bras malgré les problèmes.

Je te ferai le plus beau des poèmes

Et une fois que le tout sera réglé,

En vacances nous pourrons enfin aller.

 

Tu trouveras toujours les solutions

Et mon doux regard plein d’appréciation,

Loin de la détresse et de la tristesse,

Inspirera vraiment la poétesse.

 

Ta patience exemplaire habituelle

Même pour des dossiers intellectuels

Pourrait me servir de modèle, chéri

Pour affronter toutes les intempéries.

 

Il est à espérer qu’ils se fassent rares

Les orages ou les larmes du brouillard.

Un accord et une communication,

Bons résultats pour la négociation.

 

Dans le calme, nous entendrons les oiseaux,

Loin de l’agitation, près d’un cours d’eau,

Doucement ta main dans la mienne, enfin

En murmurant à ton oreille « T’es fin ».

 

 

Louise Hudon, poétesse du Canada

Tous droits réservés

21 juillet 2016

 

 

 

 

MON ANNIVERSAIRE

ballon-anniversaire-transparente-l-ment-star-du-design-cercle-illustration-vectorielle--Banque-d'images

 

MON ANNIVERSAIRE

 

 Solitude en ce jour privilégié

Et dans mon monde je vais me réfugier.

Un isolement qui vient me perturber.

Pourrais-je avoir envie de regimber ?

 

Les circonstances ne favorisent pas

Des amitiés autour d’un bon repas.

Mon mari travaille au loin en ce jour.

Par internet je vais lui dire « Bonjour ».

 

Heureusement, j’ai mes mots par l’écriture.

J’analyse si je suis trop immature.

Pourquoi tous ces silences qui me font peur ?

Je le constate avec une stupeur.

 

Le bonheur je le trouve dans le travail.

Mon intellect choyé par des trouvailles

Me lance dans des défis monumentaux

Et réussir : besoins fondamentaux.

 

Rester active annule tous mes fantômes.

Ils disparaissent enfin tous mes symptômes.

Je respire et le calme revient en moi.

Avec joie je le trouve beau mon chez-moi.

 

Des rides de ma maturité paraissent.

Mon visage réclame une douce caresse.

Ma jeunesse de cœur brille dans mes yeux pairs,

Ce sera remarqué par des experts.

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés

18 juillet 2016