LONG FROID, COURTE CHALEUR

summer-landscape-680255_1920

 

 

LONG FROID, COURTE CHALEUR

Poésie humanitaire et engagée

 

J’ai quitté ma ville polluée

Pour une vie améliorée

Mais il fait froid dans ma maison

Et ce, pour au moins trois saisons.

 

La neige tourbillonne dans les rues,

Les gens se promènent très déçus.

Voilà des mois que tout est blanc,

Nous grelotons tout en rêvant.

 

L’été arrive, vive le soleil!

Je sens les fleurs, je m’émerveille.

Je voudrais bien le conserver

Ou dans ma mémoire tout graver.

 

Avec la vieillesse, j’ai plus froid.

Ce pays rude, dur sur mon moi

Me fait apprécier la chaleur.

Profitons de la vie à l’heure.

 

Des gens m’apportent du bonheur.

Remplissent ma vie pour le meilleur.

Leurs visites à mon domicile

Me rendent l’existence plus facile.

 

Oui, un pays à l’hiver long.

J’utiliserai tous mes dons

Pour m’occuper en toutes saisons,

Foi en mon Dieu sans religion.

 

Aimons-nous avec émotions.

Finissons les guerres sans raison.

Pourquoi le racisme sur la terre?

L’entraide, entre nous nécessaire.

 

Pour demain, possible misère.

Gouvernements qui devraient faire

De gros efforts pour mieux gérer.

Mes mots s’envolent pour voyager.

 

 

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés

18 juillet 2018

Image google gratuite.

Advertisements

EXASPÉRATION

grass-flower-wildlife-mammal-fauna-rabbit-47845-pxhere.com

 

EXASPÉRATION

Demande spéciale.

 

Il y a des jours où tout va mal.

Le temps est lourd et tout est sale.

Tout ce qu’on touche vient à briser.

Nos belles vacances s’annoncent gâchées.

 

Il faut rester très positifs

En oubliant le négatif.

Oui, je réclame un grand courage.

Réparer coute cher. C’est dommage.

 

On dit qu’on vit dans l’abondance…

Des dettes à payer à outrance.

Le cout d’un monde matérialiste :

Des avoirs nombreux sur la liste.

 

Vraiment, on profite de la vie

Mais tout cela annonce un prix…

À notre âge on pense à la mort

En améliorant notre sort.

 

Un petit lièvre tout près de nous!

Il nous observe de ses yeux doux.

Nous oublions tous nos soucis.

Mère nature, un grand merci!

 

 

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés

18 juillet 2018

 Image google gratuite.

 

LA VALSE DES BIBITTES

nature-photography-flower-fly-wildlife-insect-1179972-pxhere.com

 

 

LA VALSE DES BIBITTES

 

Dédié à ma sœur Carole et à mon amie Jeannine.

 

 

J’entends ciller les maringoins,

Les sons viennent de tous les recoins…

Loin d’être parfait pour dormir

Trop de ces bruits me font gémir.

 

Et voilà une toile d’araignée!

Je suis loin d’être résignée…

Ménage avec mon grand balai

Je fais clean-up dans mon chalet.

 

Des fourmis dans ma nourriture

Me font jeter ma confiture!

Borax et sucre en poudre pour elles,

Une bonne recette professionnelle.

 

Je panique devant un bourdon.

Je crie, je cours… Mille fois pardon.

Les perce-oreilles sont dégueulasses.

Les pauvres plantes, ils les menacent.

 

Les gros barbots me font très peur.

Quand j’en vois un, il bat, mon cœur…

Je ne peux oublier les tiques

Éloignons-nous car c’est critique…

 

La valse des bibittes, ici,

Pendant l’été s’intensifie.

Cette danse qui me cause des problèmes

M’énerve, me tombe sur le système…

 

Oui! Elles m’exaspèrent ces bibittes!

Je quitte et je vais où j’habite.

Je m’enferme dans ma belle maison

Et je gratte mes démangeaisons.

 

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés

30 juin 2018 

Image google gratuite.