UNE FONDATION QUE JE SOUTIENS

60333969_1069393039916286_4239816991046631424_n78277530_2407302929583214_4875964976877010944_n

 

 

Haïtiens, j’en appelle à votre bon cœur et à votre cœur d’enfant. Vos orphelins ont besoin de vous pour bien fêter Noël. Peu importe votre religion, il s’agit de petits enfants, votre relève de demain, votre future Haïti. Lisez mon poème et donnez nourriture, cadeaux de Noël et bénévolat pour construire un local pour ces démunis. Nous avons le terrain, il faut construire. Adressez-vous à la fondation suivante : LA FONDATION SAINT-ANTOINE DE PADOUE

Zone Saint-Raphaël, Haïti, Lacabri. Téléphone : 509 4287 7691. Responsable : Roland Jean-Noël. E- Mail : fondationsaintantoinedepadoue@yahoo.fr

Mettons de la joie dans ces petits esprits pour cette occasion. J’ai entendu parler de la chaleur et de l’entraide des haïtiens. Ne me décevez pas.

 

DES ENFANTS AUX CHEVEUX BLANCS

 

 

Tout en travaillant sans cesse à leur survie,

Ils avancent péniblement dans la vie.

Cette dernière ne fait pas de cadeaux

Ils ressentent sur leurs épaules un fardeau.

 

Blanc, ce n’est pas la couleur de leurs cheveux

Mais cela devrait, car ils sont courageux.

Si la maturité les atteint très vite

C’est que trop de ces enfants n’ont aucun gite.

 

Ce monde fou ne m’apparait pas si beau,

Car trop de jeunes se retrouvent au tombeau.

Les gens choyés par une vie trop aisée

Ne veulent pas voir ces images exposées.

 

L’entraide entre les pays se fait trop rare.

Les personnes riches sont souvent avares,

Mais bien entendu, parlons des exceptions,

Peu nombreuses, on parle de déceptions.

 

En attendant, ils meurent de faim ces jeunes.

On peut y penser souvent lorsqu’on déjeune.

Un tiraillement aux tripes fait souffrir

Et au lieu de sourire, on veut bien mourir.

 

Et ces guerres les entourant n’aident pas!

Les batailles font oublier les repas…

L’eau, une denrée très rare un peu partout.

C’est toujours la faute à des hommes surtout!

 

 

TRAVAILLONS TOUS POUR LA PAIX!

 

 

Louise Hudon, poétesse du Canada

Ambassadrice internationale culturelle pour Inner Child Press

Tous droits réservés

2 mars 2018

Corrigé le 29 novembre 2019

 

Note : à titre d’ambassadrice, nous travaillons à la paix dans le monde et à construire un pont littéraire pour une meilleure compréhension entre les peuples.

 

SOLITUDE EN SOL MINEUR

 

warming-2370285_1920

 

SOLITUDE EN SOL MINEUR

Mon cri pour soutenir les hommes de sciences

 

 

Méditation le long de la rivière.

Regard sur ma vie dont je suis très fière.

Pensée sur les changements climatiques,

Conjoncture plutôt problématique.

 

Que deviendra la relève demain?

Prédiction d’un difficile chemin.

Des guerres pour l’eau et la nourriture,

Vision dominée par la pourriture…

 

Conflits désastreux, décomposition

Disparitions et indispositions.

Souffrances terribles sur cette terre,

Des pensées négatives en solitaire.

 

Il est trop tard pour sauver la planète

Et dire le contraire est malhonnête.

Déclaration de nos hommes de sciences

L’homme a détruit le monde, sans conscience.

 

J’aimerais vous parler de joie, d’espoir

Mais notre avenir s’annonce trop noir!

Le présent actuel semble acceptable

Mais ce qui va venir sera minable.

 

Maintenant, cessons de faire l’autruche.

L’homme s’est autodétruit, il trébuche

Et cette catastrophe inévitable

Me rend aujourd’hui des plus irritables.

 

Si des scientifiques ont démissionné

Ça explique pourquoi j’ai frissonné!

Je ne peux que parler de désespoir,

Car elle s’annonce mal cette histoire.

 

Comment avoir un enfant aujourd’hui

Dans cet univers que l’on a détruit?

Triste pensée pour lui et l’avenir

Et voilà donc que je vais m’abstenir.

 

Il ne faudra pas venir me juger

Si je pense à ce monde ravagé.

Vous devez connaître mon intérieur.

Essayez de comprendre mes frayeurs.

 

 

 

Louise Hudon, poétesse du Canada

Tous droits réservés

8 septembre 2018

Corrigé le 8 septembre 2019

 

Note : ce poème fait suite à la déclaration d’hommes de sciences qui affirmaient, au début de l’année 2018, qu’il était trop tard pour sauver la planète.

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

DES ENFANTS AUX CHEVEUX BLANCS

children-of-war-1172016_1920

DES ENFANTS AUX CHEVEUX BLANCS

 

 

Tout en travaillant sans cesse à leur survie,

Ils avancent péniblement dans la vie.

Cette dernière ne fait pas de cadeaux

Ils ressentent sur leurs épaules un fardeau.

 

Blanc, ce n’est pas la couleur de leurs cheveux

Mais cela devrait, car ils sont courageux.

Si la maturité les atteint très vite

C’est que trop de ces enfants n’ont aucun gite.

 

Ce monde fou ne m’apparait pas si beau,

Car trop de jeunes se retrouvent au tombeau.

Les gens choyés par une vie trop aisée

Ne veulent pas voir ces images exposées.

 

L’entraide entre les pays se fait trop rare.

Les personnes riches sont souvent avares,

Mais bien entendu, parlons des exceptions,

Peu nombreuses, on parle de déceptions.

 

En attendant, ils meurent de faim ces jeunes.

On peut y penser souvent lorsqu’on déjeune.

Un tiraillement aux tripes fait souffrir

Et au lieu de sourire, on veut bien mourir.

 

Et ces guerres les entourant n’aident pas!

Les batailles font oublier les repas…

L’eau, une denrée très rare un peu partout.

C’est toujours la faute à des hommes surtout!

 

 

TRAVAILLONS TOUS POUR LA PAIX!

 

 

Louise Hudon, poétesse du Canada

Tous droits réservés

2 mars 2018

Corrigé le 29 novembre 2019

Image google gratuite.