CHER MARI

 

CHER MARI

  

Je pense à toi dans ma poésie,

Toi, un homme franc, sans hypocrisie.

Tu embellis bien mon existence.

C’est différent lors de tes absences.

 

Capable de tout faire, polyvalent,

Tout le monde remarque tes talents.

Attentif auprès de tes enfants

Grand-père aimé des petits-enfants.

 

Faire des projets en ta compagnie

M’empêche de me déclarer vieillie.

De nouveaux plans qui forment la jeunesse

En empêchant de vivre la vieillesse.

 

J’apprécie la chaleur de tes bras

Vivant bien le mélange des auras.

La maladie vient frapper parfois

À deux c’est plus facile, toutefois.

 

Viens t’unir à moi dans mon essence.

Nous connaîtrons la puissance des sens.

Il faut bien profiter de la vie,

Évitant de connaître l’ennui.

 

Une pensée pour Dieu avec ma foi

Car des épreuves nous frappent quelquefois.

L’importance de notre volonté

Nous aide toujours à tout affronter.

 

Bonne fête des pères !

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés

18 juin 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements