ÉTINCELLES

 

 

Photo google

ÉTINCELLES

 

Tes cheveux noirs m’ont attirée

Et mon regard t’a admiré.

De grands yeux bruns, un nez de race,

De toute beauté, sur la terrasse.

 

Visage sans âge malgré les rides,

En vacances, ici, en Floride.

Comment t’aborder, mon ami ?

Rencontre fortuite à Miami.

 

À la recherche de mon âme sœur

Sauras-tu donc combler mon cœur ?

Dans les mains de mon univers

Je demande d’oublier l’hiver.

 

Croisements de yeux, serrements de mains,

Un bon début avant demain.

Adieu ma chère solitude !

Je vis en pleine béatitude.

 

Il faut toujours garder l’espoir

Et ne jamais broyer du noir.

Parler d’amour, c’est surprenant

Cela attire des engagements.

 

Tes cheveux noirs m’ont attirée

Et mon regard t’a admiré.

Tu fais partie de mon destin,

Une vérité dans mon instinct.

 

Étincelles pour feux d’artifice

Et pour les deux, un bénéfice.

Je m’imprègne de ta belle odeur

En appréciant cette senteur.

 

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés

1er août 2017

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements