FOLIE FURIEUSE

 

  

Photo google

 

FOLIE FURIEUSE

 

Les gens se courent dans les rues,

Essoufflés d’avoir couru.

Ils magasinent en vitesse

Et tout coûte cher, quelle tristesse !

 

Ils se bousculent sans rien dire,

Un spectacle sans applaudir.

En silence dans le métro

Ils vivent comme des numéros.

 

Un décor de pollution,

Si peu de récréations,

On recherche le bonheur

Rêvant de se voir ailleurs.

 

On aspire à des vacances

Regardant cette affluence,

Solitude dans la nature

En appréciant la lecture.

 

Bien des cerveaux imaginent

De beaux congés qui les ruinent

Et le travail recommence

En oubliant la romance.

 

On réclame la performance

En mettant des échéances.

C’est souvent de la démence

Et il n’y a aucune clémence.

 

La maladie survenue,

En aucun cas bienvenue,

Un cycle de folie furieuse,

Suis-je donc trop pointilleuse ?

 

Mes exigences dans la vie

Très nombreuses pour ma survie

Demandent une paix de l’esprit

Et l’amour de mon mari.

 

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés

30 août 2017

 

 

 

 

 

Advertisements