JE ROULE MA BOSSE

 

JE ROULE MA BOSSE

 

Je roule ma bosse le long des chemins

Ne sachant pas d’avance mon orientation

À gauche ou a droite, évaluation,

Sans certitude où je serai demain.

 

À tous les jours je change de maison,

Sur des trottoirs ou sur des bancs publics.

Je mène une vie qualifiée d’angélique

Marchant sans arrêt au fil des saisons.

 

Une soupe populaire offerte par des gens

Me procure chaleur et bien-être, un temps.

La liberté pour mon âme de gitan

Importante avant de penser « argent ».

 

Il m’arrive de songer à mon décès

Solitaire dans un univers sans fin.

Cela se passe lorsque je crève de faim…

Sur ma tombe, ces trois mots : « Un bon français ».

 

Sauront-ils seulement mon nom de naissance ?

Un corps sans vie parmi d’autres anonymes

Dans ce triste instant connaissant l’abyme

Me mettre en fosse commune frise l’indécence !

 

Heureusement, je pense aussi à l’étoile

Qui saura recevoir mon âme si blanche.

Je volerai pour m’asseoir sur une branche

Protégeant un être seul et loyal.

 

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada (Abitibi)

Tous droits réservés

17 octobre 2017

Image google.

Advertisements