LAISSEZ-MOI MON COEUR D’ENFANT

 

LAISSEZ-MOI MON CŒUR D’ENFANT

 

On parle d’esclavage en Libye.

Manque de liberté : ma phobie.

Des nouvelles trop traumatisantes,

Dictatures déshumanisantes.

 

Mon « cœur » d’enfant souffre, chers amis.

Ils osent commettre des infamies.

Je ne peux que les dénoncer.

On parle de sévices prononcés…

 

Pure innocence de mon regard

Mais tout-à-coup mes yeux hagards

Constatent l’enfer de ces gens-là,

Qui ont vu pire, bien au-delà.

 

Je n’en peux plus de ces nouvelles !

Les minutes passent on me révèle

Des atrocités sans bon sens

Cela atteint mon innocence.

 

Faire semblant de ne pas savoir

N’accomplissant pas mon devoir

Me mettrait très mal dans ma peau

Après l’écoute de leurs propos.

 

Quand reviendras-tu, « cœur » d’enfant ?

Entourée d’un monde étouffant

Je cherche sans cesse mon oxygène.

Trop de facteurs criminogènes.

 

 

PAIX ET LIBERTÉ

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés

30 novembre 2017

 

Image google

Advertisements