POLLUTION

 

 

POLLUTION

 

J’ai entendu la vague de la mer,

Celle qui a crié d’un ton amer :

« Mes amis poissons meurent par millions,

Des départs trop vite en toute saison ».

 

Hommes de la terre, cessez de dormir

Car votre mort, elle peut la prédire.

Les eaux si bleues maintenant polluées

Font de vous des personnes condamnées.

 

Elle frappera les rochers encore

Pour vous souligner sans cesse la mort.

Son cri se fera entendre loin,

De son eau vous n’avez pas pris soin.

 

Si on voulait revenir en arrière,

Réparer au lieu de ne rien faire,

Car beaucoup de dégâts, de ravages

Font penser à un mauvais présage!

 

Et des pays brillent par leurs absences,

Osent le déclarer, sans aucun sens :

Pas d’argent pour les réparations

Orientant l’homme vers sa damnation.

 

Elle annoncera encore la mort

Car ses vagues vous jettent un mauvais sort

Les eaux bleues maintenant polluées

Font de vous des personnes condamnées.

 

Allez, frappons ENCORE ET ENCORE

Car l’être humain est là et il dort

Et les bruits des vagues sur les rochers

Réussiront À LE RÉVEILLER.

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés – Ce 8 janvier 2018

Poème d’amour

 

 

Poème d’amour

 

Ma chérie,

 

Le plus beau jour de ma vie

Sera gravé dans mon esprit

Car c’est comme ça que ça s’est passé

Nous nous sommes rencontrés.

 

Il y avait orage sur la mer

Mon passage a marqué la terre

Tu étais là, toi mon aimée

Et je ne pouvais t’embrasser.

 

Par delà les monts, par delà les mers

Ma pensée te suit dans ce monde à l’envers

Je m’approche de toi, amour des amours

Ma destinée arrive à terme dans quelques jours.

 

 

 

Louise Hudon, retraitée, écrivaine

La Sarre

Ce 6 janvier 2018

LA CORSE

 

 

LA CORSE

 

Ton île d’origine, une montagne dans la mer,

Plus petite île bâtie, que des glaciers formèrent.

Belle, mon ami, mais souffreteuse en profondeur,

On parle d’une détresse, malgré cette splendeur.

 

Est-elle à ton image, toi fier et si racé,

Sensible, dévoué et rarement embarrassé ?

Ton chemin fut polyvalent et très ardu

Mais te voilà respecté comme individu.

 

La plus élevé des îles de Méditerranée

Où tu as vécu ta chère enfance des années.

Une île de beauté très courue par les touristes

Images assez loin de notre monde futuriste.

 

Malgré les écarts de température hiver

Comme été, un climat paradisiaque divers.

Tu l’aimes comme on aime le firmament et la lune

Même si là-bas tu n’as pas connu la fortune.

 

Paysages enchanteurs, rochers dans l’eau turquoise,

Des merveilles, avec mon regard de québécoise.

On dit souvent que les voyages forment la jeunesse

Un tel projet agrémenterait une vieillesse.

 

 

BIENVENU AU CANADA,

 

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés

17 décembre 2017

 

Tous mes poèmes peuvent être partagés si vous respectez ma signature.