MON ENFANT

 

MON ENFANT

 

Je me souviens de l’émission « Candy »

Sacrée pour nous deux, et ce, les samedis.

Tu m’as joué un bel air de piano

« Lettre à Élise » comme le chant d’un moineau.

 

Je t’aime énormément fille aimée.

Des moments d’amour, il faut programmer.

Ton éloignement me fait beaucoup souffrir.

Je veux te chérir, avant de mourir.

 

Les Noël passés dans la parenté

Qu’on pourrait qualifier de mouvementés

Et ceux vécus dans notre Abitibi

Toi très jolie dans tes plus beaux habits.

 

Je lance dans le vent mes beaux sentiments

Si fière de toi, reçois mes compliments.

Tu as à apprendre encore de la vie

Mais je ne suis pas inquiète pour ta survie.

 

 

 

Louise Hudon, poétesse au Canada

Tous droits réservés

16 avril 2017

 

 

 

 

 

Advertisements