DES LARMES MALGRÉ LE SOLEIL

louise maquillée

 

DES LARMES MALGRÉ LE SOLEIL

 

Des morts sur un sol de terre.

Sans protection militaire

Cet enfant se cache tout près

Et pour lui aucun secret.

 

Du feu et des ruines l’entourent

Et il manque de secours.

Il marchera en silence

Se rappelant la violence.

 

Malgré le choc, des larmes,

Après avoir vu trop d’armes.

Sa vie, une guerre sanglante,

Solitude et mains tremblantes.

 

Trouvera-t-il un village?

Une pensée qui le soulage.

Un espoir dans ce tunnel.

Il a peur des criminels.

 

Orphelin dans une enfance

Il n’a guère de défense.

Il aimait tant ses parents,

D’un amour très apparent!

 

Il les a serrés très fort

Dans ce silence de mort.

Que sera donc son destin?

Que lui réserve demain?

 

Au Canada, pas de guerres,

Abondance alimentaire.

Une pensée pour ces enfants.

Mon cœur s’ouvre en dénonçant.

 

Accueillons des immigrants.

Moi je sais et je comprends.

Mon amour,  je le partage.

Il faudrait des reportages.

 

Bonne chance mon petit garçon.

Dans mon pays, agissons!

Des familles périssent au loin

Et de nous,  elles ont besoin.

 

 

 

Louise Hudon, poétesse du Canada

Tous droits réservés

13 janvier 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements