UN SANS-ABRI

 

people-850097_1920

UN SANS-ABRI 

 

Il marche seul dans la nuit

En mémorisant sa vie.

Ses pieds gelés, engourdis,

Sa solitude le suit.

 

Est-ce par choix, mon ami ?

Les bonnes maisons tu fuis.

Étendue indéfinie

Dans le silence, sans bruit.

 

Clochard sur un pauvre banc,

Antipode d’un marchand

Qui oublie le froid, l’hiver

Dormant stressé dans sa sphère.

 

Oui, il faut te reposer

D’avoir un peu trop marché.

Tes bottes détériorées

Devraient être remplacées.

 

Même si je veux l’aider

Dans le courant de l’année,

Lui trouver un bon loyer,

Éloigner sa pauvreté.

 

Vraiment, il m’écarterait

Me demandant de comprendre.

Très vite il s’éloignerait

Sans cesser de me surprendre.

 

 

 

Louise Hudon, poétesse du Canada

Tous droits réservés

27 juillet 2011, dans « La poésie d’une médium », éditions Muses en Allemagne.

Corrigé le 20 octobre 2019

Corrigé le 1 décembre 2019

 Image:  Leroy Skalstad de Pixabay

 

 

 

 

 

2 réponses sur « UN SANS-ABRI »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s