LA CENDRE DE SON REGARD BRUN

Bryan no 38 bouquet 2_n

 

LA CENDRE DE SON REGARD BRUN


 

Me regardant avec amour,

M’a épousée pour tous les jours.

En apprenant à le connaître,

Son gros défaut celui de « maître ».


 

Dans sa pensée, lui il commande.

Insoumission, il réprimande.

Esclave d’un jour, esclave toujours,

J’en oublie même le mot « amour ».


 

Mutinerie, j’entends ses cris

Le tout suivi d’une moquerie,

J’ai peur de lui, j’ai peur de tout,

Me fait penser au méchant loup.


 

Si peu de temps pour des loisirs !

Je mets un terme à mes désirs.

Mon corps me lâche comme de raison

Et non à cause de la saison.


 

Ici parlons de dépression.

Soulignons mon humiliation.

Autour de moi on parle paresse

Ne comprenant pas ma détresse.


 

Et je retrouve la santé

En regagnant toute ma fierté.

Changement de vie, une décision,

Adieu à ma désillusion.


 

D’autres yeux bruns à rencontrer

Qui prôneront la liberté

Dans un regard plein de respect

Ma vie aura un autre aspect.


 

Si le temps vient changer des choses,

Mon passé n’étant pas trop rose,

L’espérance du lendemain reste

Avec mes désirs très modestes.


 

Encore merci à ma chère vie !

Chaque détail je l’apprécie.

Pas de regret sur ce passé

Car il m’a permis d’avancer.

 

 

Louise Hudon

22 octobre 2013

 

 

Advertisements

2 thoughts on “LA CENDRE DE SON REGARD BRUN

Les commentaires sont fermés.