CONFRÉRIE DE LA FRATERNITÉ EN POÉSIE

Dove in the air with wings wide open

CONFRÉRIE DE LA FRATERNITÉ EN POÉSIE

 

Il fut un temps où j’en faisais partie,

Du cosmos, des gens, beaucoup d’empathie.

Un sixième sens évident du cerveau

Me commandant ainsi plusieurs travaux.

 

Aider la communauté tout autour

Et cela sans rien attendre en retour

Alors que ma santé le permettait

Avec un mystère qui me tourmentait.

 

En ma qualité de médium fidèle,

Sans me considérer comme un modèle,

Beaucoup de gens ont apprécié mes dons

Mais j’ai reçu une flèche de Cupidon.

 

Maintenant je mène une vie des plus tranquilles.

Il me semble parfois vivre sur une île.

Augmenter mes talents dans le passé

M’a déséquilibrée et agacée.

 

Mes emmerdements furent de longue durée

Mais comprise malgré tout par des curés

Et aimée par des personnes respectables

Finalement l’expérience fut agréable.

 

Affronter de grands dangers dans ma vie,

Là ma famille, elle, n’était guère ravie !

Ma stabilité retrouvée ce jour

Vient favoriser l’atmosphère, tout court.

 

Cette confrérie doit encore exister

Pour contrer le mal et le dépister.

Oui, cela demande beaucoup d’énergies

Car le malin nous a bien envahis.

 

Corruption, délinquance, malheurs et guerres

Deviennent des mots faciles sur cette terre

Parfois la folie c’est l’intelligence

Pour combattre le méchant avec urgence.

 

Voilà une vocation, non une carrière

Pour la vie, difficile de s’en défaire.

Mais voici un repos bien mérité

À moins d’une obligation décrétée.

 

 

Louise Hudon

7 janvier 2013 

 

 

 

 

Advertisements

4 thoughts on “CONFRÉRIE DE LA FRATERNITÉ EN POÉSIE

  1. Oui, je suis bien d’accord avec le commentaire de monsieur, Tu mérites enfin ton bonheur, tu as assez donné! Bon poème d’adieu je serais portée à écrire!

    J’aime

  2. Je m’occupe de jeunes en errance et avec mon association , nous essayons de les intégrer dans la société..
    Ce n’est pas facile mais ce travail est gratifiant sur le personnel
    Joliment écrit ce poème
    Douce journée Louise
    bisous
    timilo

    J’aime

    1. Je vous félicite et vous invite à continuer votre oeuvre. Vous pouvez lire mes poèmes: « UN SANS-ABRI » et « LES DROGUÉS DE LA NUIT ». Il faut aider ces gens.

      J’aime

Les commentaires sont fermés.