LA POUSSIÈRE DU TEMPS

spirale

 

LA POUSSIÈRE DU TEMPS

 

 

Débris en suspension dans l’air,

Moi qui respire cette poussière

Pensant à la fragilité

D’une vie dont l’âme peut la quitter.

 

Je veux la mordre à pleines dents

En évitant les accidents

Dans cet espace où la vieillesse

Exige, de nous, la gentillesse.

 

Hommage à toutes mes expériences

En comprenant mes défaillances

Car sur cette terre la perfection

N’existe point à profusion.

 

Souvenirs d’antan dans mon esprit

S’effacent parfois, je l’ai compris.

Débris qui brûlent et deviennent cendres

Vivre longtemps pour vous surprendre.

 

Mes cheveux blancs au fil du temps

Et ma mémoire me tourmentant,

Rides profondes sur mon visage,

Je n’peux cacher l’effet de l’âge.

 

Retour parfois sur mon passé,

Sur les moments non effacés.

Angoisses qui viennent frapper ma chair.

Pourtant de ma vie, je suis fière.

 

Toujours vivre le moment présent,

Appréciant l’instant bienfaisant.

Aller de l’avant et foncer.

Prévoir de ne pas renoncer.

 

Débris en suspension dans l’air,

Moi qui respire cette poussière.

Le temps n’a ni forme, ni substance.

Encore des années d’existence

 

Voilà mon vœu le plus précieux,

Loin d’être prête à des adieux.

Jeunesse de cœur dans mon milieu

Et apprécier le merveilleux.

 

 

 

Louise Hudon, poétesse du Canada

Tous droits réservés

17 février 2016

Advertisements