UNE MARCHE VERS UN LIEU DE PAIX

A free flying white dove isolated on a black background

 

UNE MARCHE VERS UN LIEU DE PAIX

 

 Une guerre m’a fait fuir mon pays.

Cette destruction m’a bien vieilli

Car mon épouse est décédée

Et me voilà dépossédé.

 

Accueilli au grand Canada

Avec mon enfant dans mes bras

Devant des soldats dévoués

Voilà ma gorge qui est nouée.

 

Il fait tellement froid dans ce lieu !

Un froid intense et insidieux.

Loin de mon monde de chaleur,

Voilà un hiver de douleurs.

 

Heureusement des vêtements très chauds

En remplacement de nos ponchos

Me sont remis gracieusement.

Je dis merci courtoisement.

 

Bien habillés, il faut apprendre.

Autour de nous, il faut comprendre,

S’adapter à leurs habitudes,

Mettre de côté nos inquiétudes.

 

Je sens parfois des regards durs.

Serait-ce à cause de ma coiffure ?

Ma couleur de peau différente

Dans ce pays n’est pas courante.

 

Des tas de gens si sympathiques

Parmi des changements climatiques

M’apportent joies et bonheur

Et tout cela à leur honneur.

 

Du travail je pourrai trouver,

Me nourrir sans être éprouvé.

Mon enfant ira à l’école

Nous ferons aussi des bricoles.

 

Finalement avoir des projets

Concernant différents sujets

M’offrira une seconde jeunesse

Pour remplacer le mot vieillesse.

 

Mon enfant a droit à la vie

A besoin d’avoir des amis

A soif d’amitié et d’amour

Apprécie les rires et l’humour.

 

La colombe a volé vers nous,

Nous a éloignés de la boue.

Le destin ainsi décidé

Vers la paix, j’ai été guidé.

 

 

Louise Hudon, poétesse du Canada

Tous droits réservés

Juin 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements