J’AI PLEURÉ POUR ELLES

J’AI PLEURÉ POUR ELLES

République démocratique du Congo, localité de Lumata

Dans un pays non sécuritaire

Des cris et encore plusieurs guerres

Non protégées par des militaires

Grand territoire sur une terre.

Travailler pour nourrir la famille

Ils les traitent comme une guenille

Viols et massacres dans leur région

Et moi à l’abri dans ma maison.

Comment comprendre toutes ces femmes

N’ayant point vécu ces crimes infâmes?

Espérer la mort de ces crapules

Qui ont tué près d’eux sans scrupules?

Ces bandits vivront des punitions,

Condamnés par la population.

Des femmes auront le cran de survivre.

Malgré tout, la vie doit se poursuivre.

Leur courage bien en évidence

Travaillant pour leur indépendance

En méritant notre admiration,

Des modèles pour l’inspiration.

Une maturité dans les yeux

Suite à un secret, ciel nébuleux.

Brouillard voilant parfois des regards.

Tout mon respect avec des égards.

Sans âge, d’une grande beauté,

Nécessaires à la communauté,

Ayant des talents pour exploiter

Cette terre avec un grand doigté.

Mon Dieu! Expliquez ces différences!

Beaucoup trop de gens dans l’ignorance!

Grâce à ces dames des maladies

Plus contrôlées, moins de tragédies.

Les administrateurs du pays,

Pour enrayer des épidémies,

Doivent une grande reconnaissance

À ces travailleuses et à leur science.

Merci à l’équipe de soutien.

Avoir de l’entraide fait du bien.

Des formatrices pour l’avenir,

Solidarité à maintenir.

Louise Hudon, poétesse du Canada

Tous droits réservés

Ce 3 mars 2022

Pour la journée internationale de la femme de ce mois.