UN PEU DE LUMIÈRE

femme-qui-pleure3

 

UN PEU DE LUMIÈRE

 

 

Un peu de lumière en ce jour si sombre,

Surface peu éclairée, dans la pénombre,

Quelques rayons de soleil m’apparaissent,

Un peu de chaleur, profonde détresse.

 

J’ai perdu mon enfant dans cette guerre.

Je suis à ramasser à la cuillère.

Incapable de crier ma grande souffrance,

Priant Dieu qu’il m’accorde délivrance.

 

Le seul enfant de la famille parti

Cela explique ma soudaine inertie.

Trop souffrante, j’ai perdu le goût de vivre.

À cette chienne de vie, il reste à survivre.

 

Je n’ai pas d’intérêt à cet état.

Il y en aura d’autres, des attentats.

Des petits enfants innocents mourront

Malgré les cris que les gens lanceront.

 

Je devrais être forte, garder espoir

Bien y réfléchir, ainsi, dans le noir,

Mais cette guerre maudite qui n’en finit pas

Axe mes tristes pensées vers mon trépas.

 

Un peu de lumière en ce jour si sombre,

Surface peu éclairée, dans la pénombre,

J’ai serré mon enfant mort dans mes bras

Lançant un mauvais sort aux scélérats.

 

Larmes de mon désespoir, larmes de sang

J’ai perdu un garçon adolescent.

Survivre pour me battre contre toutes les guerres

Répondant ainsi à bien des prières.

 

Par mes écrits pour la postérité,

Des efforts avec une continuité,

Un acharnement avec objectifs

Pour des résultats significatifs.

 

 

PAIX SUR TERRE, NON À LA GUERRE

 

 

Louise Hudon, poétesse du Canada

Tous droits réservés.

26 février 2016

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements