ADIEU MA PRISON

 

 

DSCN7112ADIEU MA PRISON

Pour contrer la violence verbale

 

 

Maison de luxe, prison dorée

Et, avec cœur, si bien décorée,

Je t’ai quittée, il y a longtemps

Malgré tes fleurs d’un ton éclatant.

 

J’ai trop connu de jours de tristesse,

Sans politesse ni délicatesse,

Violence verbale qui détruit,

Mes larmes ont coulé comme la pluie.

 

Manque d’affection brisant mon cœur

Et en vivant là, à contrecoeur,

Le corps a connu la maladie.

L’esprit désirait le paradis.

 

Sans espoir, j’avançais vers un gouffre.

L’âme en peine, la personne souffre.

Si cela vous arrivait un jour,

Quittez tout pour connaître un amour.

 

Toujours maître de notre destin

On se trompe parfois de chemin.

Faisons donc travailler le cerveau…

Il faudra s’orienter de nouveau.

 

Terminé mon emprisonnement.

Liberté et fin de mes tourments.

Osons faire confiance à la vie

Tout en se battant pour sa survie.

 

 

 

Louise Hudon, poétesse du Canada

Tous droits réservés

5 septembre 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités